Le calendrier juif

This page available only in French.

Lectures shabbatiques et célébrations



Juifs libéraux, nous pratiquons un cycle de lecture triennal de la Torah, sur le modèle de l'usage en Palestine à l'époque rabbinique, tel que le rapporte le Talmud babylonien.


Pour accéder au détail des lectures shabbatiques :



Les fêtes





Les cérémonies


Yom HaShoah

jeudi 2 mai 2019
(du mercredi 1er mai 18h30 au jeudi 2 mai 19h30)

Lecture du convoi 21 au convoi 57


Chaque année, le MJLF participe à l'organisation d'une journée de commémoration de la Shoah placée sous le haut patronage du Président de la République et sous l'égide de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

Le MJLF organise avec le Mémorial de la Shoah, l'association des Fils et des Filles de Déportés Juifs de France et le Consistoire de Paris la lecture des noms de tous les déportés juifs de France, devant le Mur des Noms du Mémorial.
Environ trois cents personnes, personnalités, anciens déportés, parents, membres des mouvements de jeunesse, bénévoles, se relaient.

Cette lecture au Mémorial est précédée, au MJLF, de la lecture communautaire du Sefer HaShoah et d'un office spécifique.






Yom Hazikarone & Yom Ha'atsmaouth

9 mai 2019

Yom Haatsmaout est célébré chaque année le 5 Iyar. C'est le jour anniversaire de la déclaration d'indépendance de l'Etat d'Israël par David Ben Gourion, le 14 mai 1948. En Israël, des festivités ont lieu dans toutes les grandes villes et cette fête a pris une importance croissante en diaspora.

Au MJLF, nous organisons chaque année un office particulier pour marquer les réjouissances. Il comprend le hallel (prière de louange et de réjouissance) et une lecture d'Isaïe. En rentrant à la maison, on peut allumer des bougies (sans bénédiction) et manger un repas de fête. Comme pour le shabbath, certains bénissent deux halot et servent du vin. D'autres également disent sheheheyanou sur un fruit nouveau.

La veille a lieu Yom Hazikaron, jour du souvenir pour les soldats qui ont perdu leur vie au combat pour la création et la protection de l'État d'Israël. On associe aussi à ce souvenir les victimes des attentats. En Israël, c'est un jour chômé dont deux sirènes et d'importantes commémorations officielles marquent la gravité.

On a coutume d'allumer une veilleuse chez soi ou à la synagogue. On lit un yizkor (prière du souvenir) particulier, la prière el male rahamim (prière pour l'élévation de l'âme des défunts) ainsi que le Kaddish.