Drasha Mishpatim (10.02.18 - MY)

Misphatim - « Puis, Moïse s'avancera seul vers le Seigneur »


Bonjour et Shabbath shalom,


Le passage de la Bible, autrement dit la parasha de la Torah, que nous lisons ce shabbath est la parasha Mishpatim (qui signifie « Lois »).
Dans la parasha précédente, Yitro, Dieu s'était manifesté et de sa voix, avait énoncé les 10 commandements depuis le mont Sinaï.
Dans la continuité, le texte de Mishpatim poursuit avec des lois qui concernent les relations entre les hommes, et des lois qui relèvent de la relation de l'homme à Dieu.
A la fin du texte de la parasha, Dieu demande à Moïse de monter sur le Sinaï pour venir chercher les Tables de la Loi.
Dieu d'abord demande à Moïse, à 70 des anciens d'Israël ainsi qu'à Aaron, Nadav et Abihou de « monter » et de se « prosterner à distance ». Alors Dieu précise : « Puis, Moïse s'avancera seul vers le Seigneur et eux ne le suivront point; quant au peuple, il ne montera pas avec lui. ».


Ce qui m'interroge, c'est pourquoi Moïse doit monter seul, alors qu'au départ, les 70 anciens, Aaron, Nadav et Avihou devaient monter avec lui.


Dieu fait le choix d'un seul homme…

Pourquoi ? parce qu'il faut un guide, un chef, quelqu'un qui ait une vision.

Cet homme, c'est Moïse. Pourquoi lui ?

Dieu choisit le petit-fils adopté de Pharaon, roi, dieu et chef des Égyptiens ;

C'est le choix de Dieu depuis la naissance de Moïse en le faisant sauver par la princesse égyptienne et élever comme un prince d’Égypte.


Si Moïse était resté enfant-esclave, aurait-il eu cette mission et ce destin ? Sans doute pas.

Moïse, homme libre et bien éduqué, est un grand général, descendant de Pharaon, son statut lui donne la force pour faire face à Pharaon et devenir le libérateur des Hébreux.

C'est cet homme que Dieu choisit, un homme qui sera un guide, un père pour les enfants d'Israël pour enseigner la loi.

Toutefois, en Égypte, c'est Pharaon qui était détenteur de la loi.

Une fois libérés, les enfants d'Israël sont perdus et orphelins, sans maître et sans loi.

Les conditions de vie des Hébreux en tant qu'esclaves, considérés comme des objets ou des animaux, sans liberté et vidés de leur humanité, ont rendu les enfants d'Israël plus réceptifs à la loi, don de Dieu.


Dieu fait le choix de nommer Moïse pour enseigner la loi aux Hébreux. Pour cela, Moise doit apprendre à devenir le père des enfants d'Israël.

C'est peut-être pour cette raison que Moïse monte tout seul sur le mont Sinaï car il représente l'ensemble du peuple.

Un seul homme qui monte pour un seul peuple. Et pour un seul message, une seule Loi.

Car si tous les sages, et Araon, Nadav et Avihou, étaient, eux aussi, montés sur le Sinaï, le risque aurait été que la parole divine soit transmise et enseignée de différentes manières.

S'il n'y a qu'un seul homme, celui qui a été élu par Dieu pour accomplir sa mission et porter son message, il n'y a aucun risque de modification. D'ailleurs, c'est Moïse qui transcrira la loi, la Torah que, de génération en génération, nous transmettons et nous nous approprions (chacun à notre manière).


Les enfants d'Israël disent qu'ils « exécuteront et écouteront »....mais ils restent néanmoins des enfants qui, plus tard, vont désobéir par peur, manque de confiance et de compréhension. On le voit avec l'épisode du Veau d'or, quand Moïse tarde à revenir parce qu'il est sur le mont Sinaï. Les Hébreux n'ont plus de guide, alors ils demandent à Aaron de leur faire "un dieu qui marche à [leur] tête". Ils ont besoin d'un chef, d'un père, qui leur montre le chemin de la loi et leur apprenne à être autonomes. Car, après tant d'années d'esclavage, après tant d'années à servir Pharaon, il n'est pas possible de savoir, à peine libérés, comment user de cette liberté.


Pour moi, il est également difficile de savoir comment bien user de cette liberté.

Ma Bath-Mitsva est le début de mon chemin qui est l'apprentissage de la liberté.

Notre vie est une évolution, un voyage et un parcours.


En célébrant ma Bath-Mitsva, je me sens encore plus juive. C'est un acte d'appartenance à la communauté des enfants d'Israël, déjà et avant tout bien sûr en lien avec mes parents et leur héritage.

Par ailleurs, je suis la première fille dans ma famille à poser les téfilines. Je suis fière de célébrer ma Bath-Mitsva dans une communauté qui me permet de me sentir l'égale des garçons.


Shabbath shalom